la "foi" en quête de nouveaux adeptes…

 dans Business

La Cène de David LaChapelle, 2003

Certains d’entre-vous sont peut-être déjà allés admirer cette très belle œuvre de David LaChapelle, exposée actuellement à la Fondation de la Maison Rouge à l’occasion de l’exposition Mémoires du futur.

« Belle » c’est le mot ; tant par la performance esthétique que par l’interprétation, plus grave et plus moderne, qu’elle offre . Un nouveau souffle pour un tableau réinterprété maintes et maintes fois.

Force est de constater que la culture judéo-chrétienne est une fabuleuse source d’inspiration, que ce soit  pour l’art, la littérature ou  pour des domaines bien plus “marketés” comme celui de la publicité. Quoi de plus normal ? Ces valeurs font partie intégrante de la culture occidentale. Y faire référence c’est à coup sûr fédérer sa cible autour d’une culture collective et atemporelle.

La religion chrétienne, des valeurs atemporelles ? Oui, mais une “image” que certains jugeraient inadaptées aux nouvelles générations. Il semblerait d’ailleurs que certains de ses ambassadeurs, officiels ou croyants engagés, développent un ensemble d’initiatives visant à la « moderniser ». Les membres religieux chercheraient-ils à sensibiliser de nouveaux adeptes ?

Petit tour d’horizon.

Se développer sur des supports Online :

Cela fait maintenant deux ans que le Vatican a lancé sa propre chaîne Youtube. Son principal objectif ? Séduire une nouvelle génération d’adeptes, au-delà du cercle catholique, plus technophiles que leurs aînés.

En centralisant ses différents canaux d’informations (radio, chaîne TV et site officiel) et en publiant un contenu riche et régulier, la chaîne Youtube a su créer une véritable communauté Online. Elle compte aujourd’hui près de 3,7 millions de vues et 35 000 abonnés (Coca-cola international en compte 47 000 à titre d’exemple).

Une belle aventure 2.0 en train de s’écrire ? N’oublions pas que ladite chaîne n’entend pas se plier à tous les codes d’un web dit participatif : la liberté d’expression n’y a pas le droit de cité. Si l’internaute peut partager les vidéos, il ne peut cependant  ni les « liker », ni « disliker » ni même ajouter un commentaire.

Sur le sol français en revanche un groupe de croyants « les geeks pour Jésus » ont décidé de faire de leur foi une interface collaborative. Leur démarche ? Montrer aux internautes qu’avec une dose de croyance, de positivisme et d’espoir, ce qu’on pense être une vie de merde se révèle être une Vie de Grâces.

L’outil ? Une plateforme collaborative Vie de Grâce , directement inspirée du très célèbre VDM, dans laquelle les internautes sont appelés à partager leurs moments de bonheur en achevant leur post d’un « Vie de Grâce ».

Malgré quelques critiques de la part des internautes, la Fanpage éponyme cumule 1430 fans. Une petite victoire méritée.

« Viriliser » Jésus pour toucher une nouvelle cible

Pour sensibiliser de nouveaux adeptes il faut certes communiquer sur de nouveaux supports… mais pas seulement. Certains pensent qu’il faut aussi remoderniser leur “ambassadeur d’image”: Jésus lui-même. La démarche prête à rire ? Pourtant il n’y a rien de plus sérieux.

Constatant que l’on compte de plus en plus de femmes au sein des fidèles (en Grande-Bretagne, 65% des fidèles sont des femmes et 35% des hommes, selon the Gardian) certains cercles religieux ont émis l’idée  que  ce déséquilibre faisait fuir la gente masculine. C’est d’ailleurs le principal sujet du livre The church impotent : the feminization of christianity de Leon J. Podles.

Comment toucher une cible plus virile ? En virilisant Jésus… bien sûr.

Ce mouvement pour un jésus plus “macho” est alimenté par des livres tel que No more Christian nice guy mais aussi par les œuvres de l’artiste Stephen  Sawyer.

Sur-musclé, tatoué, boxer, drogué ( ? ). Jésus devient le « Chuck Norris » du sacre-saint.

«  J’ai peine à croire que Jésus ait pu renverser les tables des usuriers et les chasser du temple en étant une mauviette. Le modèle que j’emploie pour mes peintures et un surfer bâti comme une armoire à glace. »

Stephen  Sawyer

Ce repositionnement de “l’image” Jésus semble d’ailleurs faire l’unanimité, et pour cause :

« Les hommes admirent les héros de films d’action.  C’est pourquoi ils sont fans de footballers ».

Le révérend Eric Delve.

Relooker les curés ?

Il y a quelques mois, lors de l’inauguration d’une église de l’île de Pantelleria, le prêtre Domenico Mogavero est arrivé habillé d’une soutane signée… Armani.

Naturellement, selon-lui :

«Il ne s’agit pas d’avoir des marques à l’église ou de prendre en compte la mode actuelle, mais de porter quelque chose de beau pour célébrer la gloire de Dieu.»

Des bienfaiteurs en quête de personal branding ?

Gigi Becali » patron du club de foot de Bucarest

Adieu l’anonyme bienfaiteur. En tout cas, il semblerait qu’une nouvelle forme de reconnaissance naisse en Roumanie : les bienfaiteurs nationaux investissant suffisamment de fonds pour rénover les églises locales ont maintenant droit à un portrait peint à leur effigie aux cotés des saints, sur les murs des églises roumaines.

Du nouveau village de Vulturu-Becali en passant par Malgavit, Brasbov, ou même Buzau, politiciens et autres hommes d’affaires s’exhibent sur les lieux de culte, en tant que personnes votives.

Le plus connu d’entre-eux ? Georges Becali aka « Gigi Becali », patron du club de foot de Bucarest, homme d’affaire accompli et une des plus grande fortune de Roumanie. Il aurait financé près de 7 millions d’euros pour reconstruire le village, ainsi que son église, intitulé dès lors  Vulturu-Becali. Quoi de plus normal que de sanctifier ce donateur hors norme sur les murs de l’église ?

Une démarche qu’approuve d’ailleurs le père Constantin Stoica ainsi que les habitants :

« C’est normal  que les mécènes soient  peints dans les églises […] que ça vous plaise ou non, ils en ont le droit. »

« Et alors c’est très bien, c’est lui qui l’a construite. »

Faire un parallèle entre générosité et Personal Branding ? cela peut paraître tiré par les cheveux, voire blasphématoire. Je le concède. Pourtant il semblerait que les bonnes actions aident à acquérir une bonne côte de popularité.  D’ailleurs Gigi Becalli est le deuxième homme politique le plus apprécié du pays.

Personal Branding ? Nous sommes loin du temps où l’homme sanctifiait le lieu. Dorénavant c’est le lieu qui sanctifie l’homme.

Sensibiliser une nouvelle cible sans renier ses valeurs

Ne voyez dans cet article aucune opinion religieuse quelle qu’elle soit. Il n’en a jamais été question.

Ma volonté est de mettre en exergue le fait qu’ au même titre que les entreprises qui assurent la promotion de leurs nouveaux produits ou que les associations qui communiquent pour sensibiliser et attirer de nouveaux donateurs, certains membres de communautés religieuses innovent pour capter une nouvelle typologie d’adeptes.

Au moyen-âge nous construisions des lieux de culte, aujourd’hui nous construisons des communautés sur la toile.

Le tout ne serait-il pas de savoir vivre avec son temps sans pour autant renier ses valeurs ?



Xavier Baillet

Xavier Baillet

Entrepreneur. Dirigeant d'entreprises dans les secteurs du design, du marketing et du digital depuis 1999.

J'aime faire avancer les gens, les idées et la société. J'aime les entreprises utiles et les entrepreneurs passionnés.

J'aime faire exister les idées et les projets qui ont un sens pour les gens.

Retrouvez le profil complet de Xavier Baillet
Xavier Baillet

Les derniers articles par Xavier Baillet (tout voir)

Recommended Posts

Commencez à taper et appuyez sur entrée pour rechercher