Le mot de la semaine : PERVASIF

 dans Business
Pervasif ? Un néologisme entre perdu et évasif ? Non, ça c’est l’état dans lequel vous vous trouvez quand vous tombez nez à nez avec ce mot la première fois.
En fait, si vous surfez sur internet vous trouverez “informatique pervasive”, “réseau pervasif”, “environnement pervasif”. Au fond c’est la même chose, derrière ce mot impalpable se cache une technologie que finalement nous connaissons tous.
2003, le début d’une nouvelle ère
Pour mieux appréhender la bête, basons nous sur la définition de Rafi Haladjian, fondateur du concept (2003): « connecter tout type de machine partout, tout le temps, à haut débit et pour un prix imperceptible ».

Vous allez me dire c’est internet en gros… pas exactement. Le réseau pervasif constitue un réseau unique, fondé sur les protocoles d’ internet, MAIS sans propriétaire, sans opérateur, invisible et toujours ouvert.
Vous retrancherez c’est le WI-FI donc ? Effectivement, en 2003 Rafi Haladjian a utilisé la technologie WI-FI pour mettre en place le projet Ozone à Paris  : un accès haut débit à l’internet sans fil pour tous et dans toute la capitale. Le premier projet de réseau pervasif en somme. Oui mais ça c’était en 2003 (rappelez-vous à l’époque fiers étaient ceux qui détenaient le bluetooth sur leur mobile).
Aujourd’hui, place à l’ environnement pervasif
Depuis, le réseau pervasif a fait son petit bonhomme de chemin. D’ailleurs, aujourd’hui, nous devrions davantage parler d’environnement pervasif : un environnement où tous les objets dotés d’une puce électronique se reconnaissent, se localisent et interagissent entre eux sans intervention de l’ être humain.
J’entends par “tous les objets” ordinateur, téléphone, clé de voiture, alarme de maison… et pourquoi pas demain notre montre, notre sèche-cheveux ou cafetière.

Pour illustrer cette définition l’exemple le plus approprié reste le lapin Nabaztag, objet pervasif par excellence. Raccordé à la borne WI-FI et configuré à partir du site Violet, l’objet est capable de lire les titres des actualités via les flux RSS que l’on a sélectionné. A cela s’ajoute lecture de SMS ou de livre. Il peut même nous aider à gérer notre énergie grâce au partenariat avec POWEO. En bref, en centralisant les informations d’autres objets communicants et nous les diffusant sans que nous intervenions (du moins après avoir tout paramétré sur le site de configuration), il créé à lui seul un environnement pervasif au sein de la maison.

Mais attention un environnement pervasif n’est rendu possible que si les objets sont munis de puces électroniques RFID et NFC : une technologie qui, en utilisant des balises métalliques, récupère à distance et indépendamment des informations d’autres appareils électroniques.

Le jeu pervasif, une grosse innovation en devenir

.


Dernière innovation en date, le jeu pervasif, pour l’instant testé au musée des Arts et Métiers à Paris. Grâce au système PLUG (PLay Ubiquitous Game) utilisé sur des téléphones portables, le jeu évolue en fonction de l’environnement réel du musée et de l’avancée de la partie.



Enfin pour mieux comprendre cette innovation, simulons le fonctionnement d’une partie à travers quelques lignes de lecture.

Les équipes, munies de plusieurs téléphones portables, ont pour but de collecter des cartes virtuelles. A savoir, il existe 4 cartes virtuelles pour chacune des 4 familles d’objets présentés dans l’exposition. Vous l’aurez compris, le but est de collecter les 4 cartes d’une même famille pour gagner le jackpot (un peu comme un jeu de 7 familles en somme). Bien évidemment, chaque carte trouvée rapporte des points avec un bonus supplémentaire lorsqu’une famille est complète. Un plan de musée dans les mains, les équipes partent à l’aventure. Elles doivent avant tout trouver des bornes munies de tag. Une fois la borne trouvée, un quizz leur est proposé via le téléphone, rapportant des points en fonction du nombre de bonnes réponses. Ensuite l’équipe peut échanger ses points contre des indices supplémentaires sur l’emplacement des autres cartes virtuelles. Et ainsi de suite. Le jeu évolue et oriente les équipes dans le musée en fonction des cartes virtuelles qu’elles collectent au fur et à mesure. Sachant que toute carte est disponible en trois exemplaires, les joueurs peuvent donner rendez-vous aux équipes adverses afin de s’en échanger en fonction des familles qu’ils sont en train de constituer. Judicieux ? Tout dépend de la stratégie de l’équipe.

Le jeu dit pervasif est rendu possible car les informations ne sont pas stockées sur un serveur central mais au fur et à mesure sur les téléphones grâce au système de tag. Ainsi la partie évolue en temps réel en fonction de l’avancée des joueurs et équipes adverses dans leur quête.

Ce jeu est perçu comme une révolution pour les musées car il offre de nouvelles opportunités sur la façon de s’instruire. Néanmoins  les chargés du projet ont constaté que l’aspect du jeu à tendance à prendre le dessus sur l’aspect pédagogique.

Et demain, quelles opportunités pour les marques

La question qui s’en suit coule de source. Cette technologie sera-t-elle un jour démocratisée au point d’engendrer de nouveaux leviers marketing ?

Pour l’instant, le système de transmission de données par RFID est utilisé à des fins logistiques (reconnaissance des produits sans scanner) mais il commence à s’infiltrer dans les packagings ou bornes en tous genres avec pour mission de délivrer des informations au consommateur (fiche détaillée du produit par exemple). Cette étiquette intelligente est censée, à terme, remplacer notre traditionnel code barre.

Demain, si tous nos appareils technologiques sont munis de ces fameuses puces, cela permettra aux marques de proposer des offres personnalisées en fonction des informations contenues dans nos téléphones ou MP3 et ce, sans que nous ayons ni code barre à scanner ni QR Code à flasher. Les machines dialogueront et échangeront entres elles.

Alors emballé ou sceptique ? En tout cas, qu’on se le dise, l’avenir est à l’ère du Machine to Machine… n’en déplaise à Skynet ( Terminator).

Xavier Baillet

Xavier Baillet

Entrepreneur. Dirigeant d'entreprises dans les secteurs du design, du marketing et du digital depuis 1999.

J'aime faire avancer les gens, les idées et la société. J'aime les entreprises utiles et les entrepreneurs passionnés.

J'aime faire exister les idées et les projets qui ont un sens pour les gens.

Retrouvez le profil complet de Xavier Baillet
Xavier Baillet

Les derniers articles par Xavier Baillet (tout voir)

Recommended Posts

Commencez à taper et appuyez sur entrée pour rechercher