Reste-t-il de la place sur le Web ?

 dans Business


Avec plus de 600 millions d’utilisateurs, si Facebook était une ville, elle abriterait les populations des États-Unis et de l’Amérique du Sud réunies. Enfin à quelques milliers près j’en conviens. Imaginez cette « Giga Gigalopolle » dans laquelle nous serions confinés ; et pourtant sur ledit réseau social il y a toujours de la place pour nos 130 contacts (une moyenne) nos “like”, nos publications et nos photos tous azimuts.

Disons que l’octet est plus confortable que le mètre carré.

Contrairement à l’espace physique, l’espace virtuel semble  illimité et accessible à tous. Avec 144 millions de blogs et une moyenne de 40 000 nouveaux par jours chacun a le droit à son « petit bout de terrain ».

Quant aux marques, elles peuvent presque étendre leur territoire à l’infini : brand content, cultural content, mini-site évènementiel mis en ligne à chaque sortie de produit etc… elles s’en donnent à cœur joie.

Il semblerait donc qu’il y ait de la place pour tout le monde sur le Web !

Pourtant aujourd’hui je me questionne. A force de création de contenu, on commence tous à saturer en information. Et pour le peu qu’une brève croustillante attise la Toile, c’est le feu d’artifice, c’est comme être devant les vitrines des Galeries Lafayette la veille de noël mais version virtuelle : notre corps n’est pas confiné, mais notre cerveau, confronté à pléthore de contenus (souvent contradictoires), commence à surchauffer.

Continuant ce parallèle entre espace physique et virtuel, je suis amenée à me demander : pourrions-nous alors manquer de place sur le Web ?

Nettoyer le web à tout prix, le défi de Google

Pas de limite, beaucoup d’informations… cela devient de plus en plus difficile de remonter jusqu’à la source initiale d’un contenu tant il a été partagé. Beaucoup se plaignent par ailleurs du référencement de Google jugé comme de moins en moins qualitatif. Alors depuis janvier dernier, exit spams et fermes de contenus (contenus identiques dupliqués sur plusieurs supports), Google décide de nettoyer le Web.

Son objectif est simple : améliorer la pertinence des réponses du moteur de recherche en rétrogradant les sites de faible qualité dans le référencement au profit de sites au contenu qualitatif.

Son arme fatale se prénomme l’algorithme Panda et sévit aux États-Unis et au Royaume-Unis depuis le 24 février dernier.

L’équipe en charge du projet est partie d’une étude basée sur les bons et les mauvais exemples de sites identifiés par un panel d’internautes. Elle a ensuite théorisé les attentes sous-jacentes sous forme d’algorithme, grâce aux technologies de calculs partagés. Du coup, les sites jugés comme de faible qualité sont automatiquement rétrogradés dans le référencement.

La faible qualité selon Google ? Un site pauvre en contenu (moins de 200 caractères par pages) et surchargé en publicité… entre autres.

Le verdict est sans appel, pour une seule page à faible contenu c’est tout le site qui trinque. Dès les 1er jours, les sites les plus pénalisés ont vu leur visibilité baisser jusqu’à 50%.

Vous vous imaginez bien que cette modification engendre un tollé chez les acteurs du Web. Qu’à cela ne tienne, Google ne veut rien entendre. D’ailleurs, dans un billet  posté sur leur blog officiel, le géant du Web précise que cet algorithme n’est qu’une des 500 modifications que l’entreprise va mettre en place dans le courant de l’année.

Some publishers have fixated on our prior Panda algorithm change, but Panda was just one of roughly 500 search improvements we expect to roll out to search this year.


Rions bien petits français… mais pas pour longtemps. L’algorithme en question devrait arriver sur notre Toile dans les semaines à venir.

Qu’on se le dise, une nouvelle ère virtuelle est en marche.

Recycler les espaces non utilisés par les internautes

Pour filer la métaphore écologique, nettoyer le Web c’est bien, recycler les espaces disponibles c’est mieux.

Ben & Jerry’s nous en fait brillamment la preuve en proposant aux utilisateurs de Twitter de rentabiliser les espaces non utilisés de leurs tweets  au profit d’une bonne cause : assurer la promotion du world fair trade day , la journée mondiale du commerce équitable.

Pour ce faire l’enseigne a mis en ligne l’application Fair Tweets.

Une idée judicieuse pour une utilisation simple. Il suffit d’aller sur le site Fair Tweets où une fenêtre Twitter placée sur l’interface permet à chacun d’écrire ses propres tweets. En fonction des caractères restants sur les 140 disponibles, un message promotionnel relatif au commerce équitable y  est apposé automatiquement.

Jouer sur le format physique des espaces virtuels pour valoriser son bénéfice produit

Depuis le début de cet article je parle de place sur le Web. Une place que je définis comme impalpable, non physique. En soi ce n’est pas tout à fait vrai. Certaines informations peuvent être restreintes dans un espace délimité et temporaire à l’instar d’une campagne de bannering.

D’ailleurs jouer sur la restriction de l’espace physique pour mettre en avant son bénéfice produit se présente comme une des nouvelles tendances publicitaires, exemples à l’appui.

Voir la bannière interactive

En mars 2011, Canal + met en place une campagne de bannering à l’occasion de la sortie de sa série Maison Close.

Petit point synopsis : trois femmes tentent d’échapper à la servitude des hommes. Trois prostituées souhaitent s’échapper du bordel nommé « le paradis » dans lequel elles sont cloîtrées.

L’idée phare pour connoter l’enfermement physique et l’ambiance oppressante des maisons closes ? “Séquestrer”  les actrices de la série dans une prison faite de pixels le temps d’une campagne web.

Un jeu sur le sens premier de l’enfermement et une dose de prouesse technique, cela suffit pour générer un fort taux de clics (sources Stratégie).

En février 2011, l’Apec lance une campagne multicanale afin de présenter ses nouvelles offres personnalisées pour les cadres.

Et qui dit multicanale dit bannière…

Voir la bannière interactive

Un homme prend les mesures pour proposer une offre sur mesure, une volonté de rentrer dans le cadre de l’attente des cadres… jouer sur les mots à outrance, c’est un peu loufoque à mon goût. Mais en comparant l’offre sur mesure à l’espace d’une bannière préconçue, l’Apec  montre à ses consommateurs qu’elle s’adapte à toutes les situations.

Simple, efficace, le message principal impacte.

Voir la bannière interactive

Le vendeur Microsoft, quant à lui, est un peu à l’étroit dans sa bannière interactive. Pas facile de nous vendre un produit dans ces conditions. Qu’ à cela ne tienne, après quelques secondes, on nous invite à cliquer en bas de la bannière, à partir de quoi un expand (expansion de la bannière sur la page web) accueille le vendeur dans un espace plus grand. Dans sa “boutique en ligne”, il est à même de faire la promotion de ses ordinateurs minis, compacts, tout en un (et fonctionnant avec la suite windows 7 naturellement).

Dans cette campagne  interactive, Microsoft joue sur la notion d’espace visible et invisible pour faire ressortir les bénéfice produit : ce n’est pas parce qu’un espace est aussi petit qu’un PC compact que l’on ne peut pas mettre plein de choses dedans.

Nettoyer, recycler, jouer sur les formats, il semblerait que je ne sois pas la seule à tilter sur l’avenir de nos espaces virtuels. J’ai d’ailleurs l’impression que cela nous concerne tous.

Les géants du marché veulent davantage réglementer le Web, les internautes vont devoir penser qualité plutôt que quantité de contenu et les marques caleront leur grandes idées dans le reste des petits espaces disponibles.

Alors doit-on prévoir la fin d’un Web participatif autogéré ? Ce serait un peu simpliste et prophétique comme perspective.

Enfin l’avenir nous le dira… et sur la Toile tout va très vite.

Xavier Baillet

Xavier Baillet

Entrepreneur. Dirigeant d'entreprises dans les secteurs du design, du marketing et du digital depuis 1999.

J'aime faire avancer les gens, les idées et la société. J'aime les entreprises utiles et les entrepreneurs passionnés.

J'aime faire exister les idées et les projets qui ont un sens pour les gens.

Retrouvez le profil complet de Xavier Baillet
Xavier Baillet

Les derniers articles par Xavier Baillet (tout voir)

Recommended Posts

Commencez à taper et appuyez sur entrée pour rechercher