Tweet et politique : attention danger

 dans Marketing

On ne le dira jamais assez, les réseaux sociaux et autres interfaces de microblogging sont de fabuleux outils de communication online, y compris pour les politiciens.

« Twitter me permet de prendre le pouls du monde. »

Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement

« Twitter est un instrument de démocratie directe et de transparence. »

Yannick Favennec, Député.

Mais au-delà des propos qui frisent la langue de bois, le microblogging est un outil de ralliement et de notoriété.

François Hollande compte plus de 51 000 followers, Martine Aubry plus de 29 000 et Éric Besson près de 16 000.

Mais si Twitter s’avère être une fabuleuse caisse de résonance à toute stratégie politique 2.0, il comporte une part de risques… et certaines erreurs de manipulation peuvent être fatales sur la toile.

Focus.

Les bourdes qui prêtent à sourire :

Le 19 octobre dernier, Eric Besson publie le tweet suivant :

Après 10 minutes de publication ainsi que de moqueries et railleries qui s’en suivent, le ministre rectifie sa bourde avec une pointe d’humour avant d’effacer le message en question :

“LOL et excuses. Ça m’apprendra à manipuler la liste des brouillons et à appuyer par erreur sur la touche envoi. Je ne me couche pas…” .

Éric Besson.

Cette fausse manipulation est un “DM fail” (message privé raté), expression employée lorsqu’un message Twitter qui est à l’origine destiné à être privé se retrouve finalement public.

Les informations « en temps réel »…ou même avant l’heure…

Rappelez -vous le 15 mai dernier, la blogosphère fourmille autour de l’information postée sur Twitter par un militant de l’ UMP, Jonathan Pinet :

Dans son tweet, Jonathan Pinet, indique que le patron du FMI aurait été interpellé à l’hôtel, alors que les policiers ne sont intervenus qu’une fois que Dominique Strauss-Kahn a quitté l’établissement, affirme Le Post. Le jeune militant aurait par conséquent eu vent des faits avant l’interpellation.

Entre politique et véracité de l’information, pas d’écart possible…. la toile les a à l’œil.

Mais les informations peuvent aussi provenir des politiciens eux-mêmes.

En effet, le 16 octobre dernier, Paul Quilès, publie un communiqué saluant la victoire de François Hollande quelques heures avant les résultats  officiels du second tour de la primaire socialiste.

Une bourde monumentale pour laquelle il se justifie ipso facto :

« C’est un bug. J’avais préparé deux communiqués à l’avance, l’un en cas de victoire de Martine Aubry, l’autre au cas où François Hollande serait élu. Mais la batterie de mon ordinateur s’est brutalement déchargée et le message de François Hollande est parti mystérieusement .»

Paul Quilès.

Les internautes, n’étant pas convaincus de la véracité de cette justification, parodient ses propos sur la toile.

Les démissions de poste

Cela dit, certaines bourdes peuvent avoir de graves conséquences comme la démission de certains politiciens de leurs fonctions.

C’est le cas d’ Anthony Weiner, représentant démocrate de l’ état de New-York, qui fait scandale le 28 mai dernier en diffusant une photographie de lui en caleçon sur le compte Twitter d’une femme habitant Seattle.

Après avoir soutenu pendant près d’une semaine que son compte avait été piraté, le député admet avoir menti et, dans la foulée, avoue avoir eu des échanges inconvenants avec six femmes en tout.

Résultat : démission de son poste… et un DM Fail au goût très amer.

De son coté, la chargée d’affaires palestinienne au Canada Linda Sobeh Ali a mis un lien vers la vidéo d’une jeune Palestinienne récitant un poème en arabe. Malheureusement, la séquence comportait des passages antisémites…

“Je regrette (…) ce renvoi non intentionnel et très malheureux”, a-t-elle tenté de justifier avant de quitter ses fonctions le 19 octobre dernier.

Prendre le risque de l’aventure Twitter ?

Manque de maîtrise technologique ou acte manqué ? Les politiciens doivent-ils fuir les réseaux sociaux ?

Twitter est peut-être un pari à risque mais il peut aussi rapporter gros. Preuve en est que, selon un sondage édité par OpinionWay mercredi 19 octobre, internet représente le deuxième média vers lequel les électeurs se tourneront lors de la campagne présidentielle pour choisir leur favori…derrière la télévision certes…mais loin devant la presse écrite et la radio.

A voir.

Xavier Baillet

Xavier Baillet

Entrepreneur. Dirigeant d'entreprises dans les secteurs du design, du marketing et du digital depuis 1999.

J'aime faire avancer les gens, les idées et la société. J'aime les entreprises utiles et les entrepreneurs passionnés.

J'aime faire exister les idées et les projets qui ont un sens pour les gens.

Retrouvez le profil complet de Xavier Baillet
Xavier Baillet

Les derniers articles par Xavier Baillet (tout voir)

Recommended Posts

Commencez à taper et appuyez sur entrée pour rechercher