Noir c&rsquo,est noir

 dans Digital

J’ai acheté le dernier album de Depeche Mode il y a 2 mois sur iTunes (il existe aussi en version SACD 5.1). Je n’ai pas pu écrire une ligne dessus depuis. Il n’y a pas de mots plus forts que cet album. Je l’écoute en boucle dans ma smart ça emmerde tout le monde. Lisez l’article d’Arnaud Viviant et achetez l’album du moment. Il faut que je vous le dise quand même Suffer Well est un morceau lunaire . C’est au début des années 80 que nous ramène directement le nouvel album Playing the Angel. C’est bien connu qui fait l’ange fait la bête et nous voilà avec ce disque comme précipités dans une de ces infernales machines à remonter le temps , lesquelles sont toutes aussi et surtout comme chacun le sait d’infernales machines à démonter le temps. Et celle-ci est garantie : Playing the Angel est certes un disque fait avec des machines mais avec de vieilles machines. Quel son à la fois électronique et sale bourdonnant et scintillant avec un souffle incroyable ! Le souffle très exactement sec et frais comme l’haleine d’un cocaïnomane des années 80. Il semble que sur ce point l’apport du producteur Ben Hillier ait été essentiel. Hillier n’est pas très connu mais il a tout de même réalisé un album de Blur : une référence de sacrés pinailleurs au compteur. C’est visiblement un amateur de musique électronique qui doit écouter plus souvent Pierre Henry que Depeche Mode. Mais Hillier a eu l’idée : il est allé chiner sur Internet les vieux synthétiseurs les vieilles boîtes à rythmes des années 80 celles que Soft Cell ou Eurythmics utilisaient pour Tainted Love ou Sweet Dreams. Mais enregistrées avec la technologie mille fois plus perfectionnée d’aujourd’hui d’où ce sentiment de matière et de souffle. Le reste ce sont les chansons de Martin Gore. Ces espèces de vieux blues électroniques sur le thème de la douleur et de la peine. Où dans la bonne vieille tradition du blues les métaphores bibliques vaguement retournées sexuellement s’enfilent comme des perles. Dave Gahan chante divinement bien avec sa voix de petit marquis écorché de cygne noir. Mais loin de sombrer dans la préciosité le résultat reste toujours confondant de simplicité avec cette musique faite comme le blues d’autant de vides que de pleins.O temps suspends ton Violator ! Avec Playing the Angel Depeche Mode effectue un saut dans le temps digne d’Austin Powers : mojo baby! Arnaud Viviant (journaliste aux Inrocks)

Xavier Baillet

Xavier Baillet

Entrepreneur. Dirigeant d'entreprises dans les secteurs du design, du marketing et du digital depuis 1999.

J'aime faire avancer les gens, les idées et la société. J'aime les entreprises utiles et les entrepreneurs passionnés.

J'aime faire exister les idées et les projets qui ont un sens pour les gens.

Retrouvez le profil complet de Xavier Baillet
Xavier Baillet

Les derniers articles par Xavier Baillet (tout voir)

Articles récents

Commencez à taper et appuyez sur entrée pour rechercher